OK
Accueil du site > > Vos technologies > Ressources et technologies > Régulation énergétique

Régulation énergétique

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

La Régulation Energétique désigne une activité de recherche dynamique de l’optimum énergétique, une recherche du bon équilibre.

Au sens général du terme, la régulation peut être de différente nature : économique, politique, sociale, technique,...

Une régulation économique porte par exemple sur le signal prix. Ainsi, le choix du prix de vente, les niveaux de taxe , les aides fiscales et les tarifs d’achat sont quelques moyens de régulation économique.

Pour ce qui nous concerne, nous nous limiterons à la régulation technique.

Cela englobe des actions aussi variées que :

  • la régulation de l’offre et de la demande (adéquation)
  • la régulation des différents moyens de production (optimum)
  • la régulation entre les différentes voies de transport et de distribution (équilibre)
  • la régulation des différents consommateurs (partage)
  • la régulation des différents postes de consommation chez un consommateur (équilibre de la courbe de charge)

Pour ce qui est du système électrique, la principale régulation est bien l’adéquation entre la production et la consommation. Celle-ci se fait grâce à une boucle de contrôle chez les producteurs sur la fréquence du réseau pour maintenir celle-ci à une valeur nominale. En Europe, la fréquence du réseau est de 50Hz. Les moyens de production doivent la maintenir à cette valeur soit en produisant plus si la fréquence réelle est en dessous, soit en produisant moins si la fréquence réelle est au dessus.

Pour ce qui est des énergies renouvelables, la régulation énergétique doit permettre au système électrique de s’adapter à des productions intermittentes (variables et incontrôlables sur plusieurs échelles de temps). Il s’agira par exemple d’utiliser la prédiction des productions renouvelables intermittentes pour réguler les productions "classiques".

La régulation des EnR intermittentes renvoie aussi à la notion de stockage dans la mesure où ces technologies permettent de contrôler l’intermittence. Ainsi, un moyen de stockage permettra de réguler un système énergétique composé d’un consommateur, d’une production EnR intermittente locale et d’un approvisionnement réseau."

  • l’adéquation production-consommation
  • l’optimum de production entre les différents moyens

Sur ce dernier point, nous pouvons constater les choix suivants qui proviennent d’un choix d’optimisation économique :

  • production de base à partir de charbon/bagasse
  • production semi-base à partir de fioul
  • production de pointe à partir d’hydraulique et de diesel Pour ce qui est de la production hydraulique, nous remarquerons que le choix est fait de "stocker" cette énergie pendant les heures creuses (laisser les réservoirs se remplir) pour la "déstocker" pendant les heures de pointe. Nous remarquerons aussi que les productions EnR intermittentes (PV et éolien) influent peu sur cette régulation du fait de leur faible niveau.

Pour ce qui est de la régulation des consommations, des actions de délestage peuvent répondre à une telle logique. La Gestion Technique Centralisée (GTC) ou la Gestion Technique des Bâtiments (GTB) peuvent réguler, chez le consommateur, les différents postes de consommation.

Sur ce point, nous pouvons citer l’exemple de la plateforme PREDIS du pôle de compétitivité TENERRDIS. La France se doit de diminuer sa consommation d’énergie globale. Pour atteindre ses objectifs, une relance vigoureuse et immédiate des économies d’énergie devient impérative, notamment dans les secteurs relevant des usages quotidiens (logements, bureaux, commerces et transport) aujourd’hui en forte croissance et qui recèlent d’importants gisements d’économie. La loi de programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique impose de réduire de 2 % par an d’ici à 2015 et de 2,5 % d’ici à 2030 l’intensité énergétique finale , c’est-à-dire le rapport entre la consommation d’énergie et la croissance économique.

Des potentiels importants d’économies existent, parfois rentables très rapidement mais, par manque de sensibilisation sur les enjeux, d’information sur les moyens de réaliser ces économies et notamment sur les incitations financières, les Français hésitent à passer à l’acte. Les usages de l’énergie dans le logement, le bâtiment et les transports sont loin d’être optimisés. De nombreuses techniques existent aujourd’hui pour permettre une utilisation plus économique de l’énergie. Mais elles sont peu connues et rarement mises en œuvre spontanément. Une information ciblée et des actions motivantes promues par les acteurs même du marché de l’énergie devraient inciter plus facilement le consommateur à faire rimer économies d’énergie, protection de l’environnement et réduction de ses dépenses.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x