OK
Accueil du site > > Votre territoire > CIREST > Inventaire des émissions de gaz à effet de serre de la CIREST

Inventaire des émissions de gaz à effet de serre de la CIREST

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

Face au défi de la lutte contre le changement climatique et dans le contexte du développement durable, la CIREST a entrepris de développer une politique active de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les émissions de gaz à effet de serre du territoire de la CIREST, correspondant au territoire des 6 communes de la CIREST, s’élèvent en 2007 à 1,2 millions de tonnes équivalent CO2 (MteqCO2) auxquelles on retranche 0,3 MteqCO2 absorbées par les puits de carbone (forêts principalement). Les émissions du territoire Est représentent en 2007 0,9 MteqCO2 soit 27% des émissions de la région Réunion. L’Est est le deuxième territoire émetteur de GES (Gaz à Effet de Serre) à la Réunion (sur quatre). Ces émissions avec UTCF (Utilisation des Terres, leurs Changement et la Forêt) ont augmenté de 46% depuis 2004, soit 13% en moyenne par an, même si on peut constater une baisse de 2% entre 2006 et 2007. Au niveau régional, la croissance depuis 2004 a été de 3% en moyenne avec une variation spécifique de 4% entre 2006 et 2007.

La valeur de référence pour 1990 est pour rappel aux alentours de 0,275 MteqCO2 hors puits de carbone pour le territoire Est. Ainsi, les émissions de la CIREST auraient crû de 227% depuis 1990. Sur la même période, la croissance des émissions régionales a été de 117%.

Les émissions de GES pour le territoire de la CIREST sont essentiellement liées aux énergies fossiles. En effet, celles-ci représentent 91% des émissions dont la transformation d’énergie (production centralisée d’électricité) représente 67% des émissions du territoire et le transport routier 18%. Au sein des énergies fossiles, la houille est responsable de 76% des émissions fossiles, le gazole 14%.

L’évolution depuis 2004 des émissions de gaz à effet de serre par secteur pour le territoire Est est la suivante :

- 21% de taux d’accroissement annuel pour le secteur de la transformation de l’énergie - 26% de taux d’accroissement annuel pour l’utilisation de gaz fluorés dans les secteurs du résidentiel et du tertiaire - 31% de taux d’accroissement annuel pour le secteur du compostage de déchets

Le niveau d’émission de gaz à effet de serre direct sur le territoire de la CIREST observé en 2007 et ses évolutions récentes sont porteuses d’enseignement pour les années futures.

Dans un premier temps, il apparaît que l’utilisation d’énergies fossiles est l’origine de la quasi-totalité des émissions de GES, aussi bien au niveau du territoire de la CIREST qu’au niveau de La Réunion. Toute stratégie de réduction des émissions doit donc inclure un volet de transition énergétique vers des sources « propres », en particulier pour ce qui concerne l’électricité et les transports.

Dans un second temps, il est possible de lier les autres sources d’émissions directement ou indirectement aux enjeux énergétiques : le méthane émis par les déchets et les STEP pourrait être utilisée comme une énergie.

A ce titre, il faut constater que la CIREST s’est engagée dans une stratégie énergétique durable dès 2005. Cette volonté a été affirmée par le niveau politique et elle est actuellement mise en œuvre par les services. Celle-ci porte sur la Maîtrise de la Demande en Énergie (MDE) et sur le développement des Énergies Renouvelables (EnR). A ce jour, elle focalise sur l’électricité et ne traite par le sujet des transports. Les actions phare de cette stratégie sont : villages solaires, …

Cette stratégie est en cohérence avec les différentes démarches territoriales et la volonté des acteurs vers l’autonomie énergétique. Cet objectif a été annoncé dès 2000 par le Conseil Régional de La Réunion au travers du PRERURE (Plan Régional des Énergies Renouvelables et de l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie) et soutenu par l’Etat au travers du projet GERRI (Grenelle de l’Environnement à la Réunion – Réussir l’Innovation). Ces projets, en lien avec les enjeux internationaux, européens et nationaux, visent la réduction des émissions de GES.

Par ailleurs, les lois Grenelle introduisent des obligations dès 2012 de définition et de mise en œuvre de Plans Climat Énergie Territoriaux (PCET) au niveau des EPCI et à d’autres niveaux de collectivités. Les PCET portent à la fois sur l’atténuation du changement climatique et sur l’adaptation aux conséquences actuelles et futures. Ils nécessitent la réalisation d’un inventaire des émissions de Gaz à Effet de Serre, comme présenté au travers de ce document.

Ainsi, la CIREST dispose de toutes les bases nécessaires pour réussir la mise en place d’un PCET qui relève d’une obligation réglementaire :

1. elle dispose d’un inventaire des émissions de GES qui identifie clairement les enjeux, en rapport en quasi-totalité avec les énergies 2. elle s’est engagée vers la définition d’une stratégie énergétique durable 3. les contextes locaux, nationaux et internationaux sont favorables

Pour tendre vers un PCET, la CIREST peut :

1. élargir l’objectif de sa stratégie et porter plus globalement sur l’énergie et le Climat 2. inclure des actions d’atténuation dans les transports et dans les autres secteurs ainsi que des actions d’adaptation 3. établir une concertation territoriale pour définir et mener cette stratégie en partenariat avec toutes les parties prenantes

En termes de travaux d’observation et de modélisation micro régionales des flux énergétiques et des émissions de Gaz à Effet de Serre pour un PCET, l’inventaire des émissions de GES qui affecte les émissions à la position géographique de la source, selon la position de la production en quelque sorte, doit être complété par :

1. un bilan micro-régional des flux énergétiques : approvisionnement, transformation, consommation 2. un inventaire des émissions de GES selon la dépendance aux émissions, donc selon la position de la consommation 3. des études prospectives sur les émissions de GES et les flux énergétiques futurs 4. l’évaluation du potentiel des actions d’atténuation, du potentiel en économies d’énergie et du potentiel en énergies renouvelables 5. la mise en place d’un tableau de bord de suivi des actions et l’évaluation de l’efficacité de celles-ci

Ces travaux sont en cohérence avec les démarches régionales de prospective et de planification énergétiques faites dans le cadre du PRERURE : la stratégie STARTER adoptée en assemblée plénière du Conseil Régional a été élaborée à partir de la modélisation du mix énergétique PETREL.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x