OK
Accueil du site > > Vos technologies > Ressources et technologies > Hawaï : les Energies Marines

Hawaï : les Energies Marines

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

Indéniablement et au même titre que La Réunion, Hawaï figure parmi les pôles internationaux de développement des Énergies Marines. Beaucoup de recherches incluant bon nombre d’expérimentations y sont menées depuis déjà plusieurs années.

  • Énergie Thermique des Mers (ETM)

Lockheed Martin’s (équivalent américain de DCNS) travaille maintenant depuis plus de 30 ans sur le développement de la technologie ETM en partenariat avec Makai Ocean Engineering (spécialiste international des conduites eau de mer) à Hawaï. Cette collaboration fait donc partie, tout comme DCNS, des leaders mondiaux du domaine.

Les travaux se sont particulièrement accélérés en 2009 avec la mise en place d’un prototype à terre ETM installé au NELHA (cf photo ci-dessus) dans le but de lever les verrous technologiques encore existants sur les parties nobles du système telles que les échangeurs et particulièrement l’évaporateur. Ce prototype est donc très similaire à celui de DCNS installé à l’IUT de Saint-Pierre puisqu’il fonctionne de la même façon, bouclé fermée thermodynamique de Rankine, avec également de l’ammoniac comme fluide de travail. En revanche ce prototype produit quant à lui de l’électricité ainsi que de l’eau douce par dessalement.

  • Climatisation Marine (SWAC)

Un projet de SWAC urbain est également en cours dans la capitale hawaïenne Honolulu, assez similaire à celui de Saint-Denis puisqu’il s’agit de créer un réseau urbain de climatisation dont la source froide serait issue des profondeurs de l’océan. Ceci afin de subvenir aux besoins en froid des gros consommateurs de climatisation de la ville comme les buildings d’affaires, les établissements publics, les bureaux de l’Etat, les centre commerciaux etc. Des extensions sont également possible pour alimenter en air conditionné les hôtels ou l’Université.

Makai est bien sur une nouvelle fois intégré dans le projet et responsable de la partie technique. Le pompage de l’eau froide profonde se fera donc autour de 550 m de profondeur pour puiser une eau à environ 7°C. Le rejet se ferait, quant à lui, autour de 45 m de profondeur.

  • Énergie houlomotrice
    • Ocean Power Technologies (OPT)

De 2009 à 2011, l’US Navy a employé un WEC (Wave Energy Converter) pour lui fournir une partie de l’électricité utilisée dans la base navale à Hawaï. Il ne s’agissait que d’un prototype (Power Buoy PB40) mais il était bel et bien connecté au réseau avec une puissance de 40 kW. Le système était immergé par 30 m de fond à 1 km de la côte (photo ci-dessus).

Cette initiative est née d’un ambitieux objectif que s’est fixé l’armée américaine qui est de subvenir à 50 % de leur énergie par des sources renouvelables en 2020.

    • OCEANLINX

L’industriel australien OCEANLINX Ltd prévoit également de mettre à l’eau très prochainement plusieurs de ses systèmes au large des côtes de Maui, à environ 1 km. Composé de 2 ou 3 machines telles que présentées sur la photo ci-dessus, le projet atteindrait alors une puissance de 2,7 MW. Le coût total du projet s’élèverait à environ 16 millions d’euros.

Cette technologie est relativement aboutie puisqu’elle a dépassé le stade de l’expérimentation. Elle est dorénavant opérationnelle et fiable. Elle est basée, comme le LIMPET, sur le principe de la colonne d’eau oscillante (principe du souffleur) c’est-à-dire que la vague s’engouffre dans un réservoir d’air qui communique via une conduite avec l’extérieur. L’air sortant actionne alors une turbine qui produit l’électricité. A l’inverse, quand la vague se retire, la turbine est entrainée dans l’autre sens. Un « simple » câble achemine enfin l’électricité jusqu’au réseau terrestre.

    • AW Energy

L’industriel finlandais AW Energy possède également un projet sur le site test de l’US Navy au large de sa base marine de l’île d’Oahu. La technologie, déjà mature, WaveRoller va ainsi être installée pour une durée d’un an dans le cadre d’une phase pilote. Le projet sera en partie subventionné par une aide financière de la part de l’Etat à hauteur de 500 000 $, soit environ 400 000 €, sous l’initiative du Department of Energy.

  • Micro-algues marines
    • Cyanotech - Nutrex

Cyanotech est une entreprise hawaïenne spécialisée dans la culture de micro-algues industrielle pour des compléments alimentaires. Elle propose donc deux produits très lucratifs, à savoir la spiruline et la bioastin, puissant antioxydant naturel.

Ce site de production est également partagé par l’entreprise Nutrex, fondée dans les années 90 par le Dr Gerald Cysewski. La firme propose les mêmes produits mais plus destinés pour l’industrie pharmaceutique.

    • Biocarburant - Phycal

L’entreprise Phycal créé en 2006 et implantée à Hawaï à Kahe mène des travaux de R&D sur la production de biocarburants. Pour mener à bien ce programme de R&D, elle a perçu, de la part du Department Of Energy, 51.5 millions de dollars, soit environ 40 millions d’euros.

Phycal s’est donc dotée d’un parc de 40 Ha pour cultiver et expérimenter les micro-algues. L’objectif est de produire 400 à 600 000 litres de biocarburant en phase expérimentale puis parvenir à un stade industriel où la production serait alors de 10 millions de litres par an.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x