OK
Accueil du site > > Votre espace > Comprendre les enjeux > Etude d’opportunité importation de biomasse en substitution des énergies (...)

Etude d’opportunité importation de biomasse en substitution des énergies fossiles

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans le PETREL (Plan économique de transition et relance via des énergies 100% locales), qui est l’intitulé des travaux de l’arer sur l’autosuffisance énergétique de la Réunion, d’ici 2030, les énergies issues de ressources locales et renouvelables devront représenter 100% de l’électricité produite.

L’étude menée en 2011 dans le cadre du stage de Joséphine COUNIL permet de voir comment un développement de la filière biomasse à la Réunion permettrait effectivement d’atteindre cet objectif et de voir les avantages de cette ressource comparé à ceux des ressources fossiles (charbon et fuel).

L’étude comprend deux parties, une étude d’opportunité de l’alternative biomasse importée à la place de ressources fossiles pour alimenter une nouvelle centrale thermique en période de transition vers un approvisionnement local en biomasse et un état de l’art des technologies de gazéification aujourd’hui développées en Europe.

La première partie de l’étude portant sur l’opportunité d’un approvisionnement en biomasse d’une centrale électrique à la Réunion aboutit à plusieurs points de conclusion après prospection dans toute la zone océan indien (Réunion comprise). Premièrement, il existe une ressource mobilisable suffisante pour répondre aux futurs besoins de 40 MWe sur la zone OI et une part de cette biomasse est présente localement (déchets verts et déchets de scierie) ou sera produite localement (cas de la bagasse). Deuxièmement, le coût de production de l’électricité de base à partir de biomasse est économiquement compétitif avec la production d’électricité à partir de ressource fossile (notamment avec l’électricité produite à partir de fuel) et écologiquement meilleure.

L’alternative biomasse a donc un double intérêt : économique et environnemental. Concrètement, environ 10 millions d’euros et 200 000 t de CO2, peuvent être évités si l’on substitue un projet de centrale fonctionnant au fuel à celui d’une centrale fonctionnant à la biomasse.

Stagiaire : Joséphine COUNIL (4 avril - 2 septembre 2011) – ENSTIB Cursus Énergie/Environnement - Mastère spécialisée en gestion environnementale des écosystèmes et forêts tropicales

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x