OK
Accueil du site > > Vos technologies > Ressources et technologies > Des bus au biogaz issu des déchets dans l ’Ouest

Des bus au biogaz issu des déchets dans l ’Ouest

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

L ’ARER en partenariat avec le TCO s ’est porté maître d ’ouvrage pour la faisabilité d ’une filière de bus fonctionnant au méthane sur le territoire de l ’Ouest. Les résultats de cette étude ont été présentés le 1er avril dernier.

Les collectivités de l ’Ouest membres de l ’ARER souhaitent développer des solutions de transports en commun propres sur leur territoire. Cette étude de faisabilité pour une ligne de bus à hydrogène est complétée afin d ’envisager l ’alternative biogaz. Les intérêts d’une filière « bus méthane » sont nombreux :

  • Réduction de l’impact environnemental des transports publics par rapport aux bus classiques en termes d’émissions, de bruits, d’odeurs...,
  • Valorisation des déchets organiques produits par la collectivité, ce qui permet de capter le dioxyde de carbone et le méthane qui auraient été émis dans l’atmosphère en absence de méthanisation,
  • Réduction des volumes de déchets après méthanisation, et amélioration de leurs caractéristiques pour une valorisation ultérieure (hygiènisation, disparition des odeurs...),
  • Production d’un carburant local concurrentiel en termes de coûts avec la filière diesel.

A terme, un tel projet pourrait permettre à la collectivité d’être autonome pour le fonctionnement de ses transports publics.

L ’étude réalisée a permis de mettre en évidence les principales ressources disponibles et les sites sur lesquels du biogaz pourrait être produit dans l’Ouest dans une optique de transformation en biogaz carburant. Certaines ressources sont associées à des sites existants : centre d’enfouissement technique de la rivière des galets, station d’épuration du Port et de Cambaie, plateforme de déchets verts du Port... D’autres ressources seraient à mobiliser en complément sur l’un des sites mentionnés ci-dessus, ou sur un nouveau site de valorisation : c’est le cas de la fraction fermentescible des ordures ménagères, des déchets verts, des effluents d’élevage, ou encore de déchets organiques industriels à identifier.

La transformation du biogaz brut en carburant nécessite des étapes d’épuration et de compression assez couteuses. Une taille d’installation suffisante permet de justifier ces investissements, c’est pourquoi les trois scénarii de production suivants ont été retenus :

  • scénario 1 : valorisation du gaz de décharge sur le CET de la Rivière des Galets,
  • scénario 2 : méthanisation des boues de station d’épuration du Port et de Cambaie,
  • scénario 3 : méthanisation de la fraction fermentescible des ordures ménagères et des déchets verts sur un nouveau site.

Des études devront être menées pour confirmer la possibilité de collecter le biogaz issu du centre d ’enfouissement de la Rivière des Galets.La valorisation des boues de STEP pourrait être réalisée dès 2012, en parallèle des projets de construction et d’agrandissement en cours. Ce scénario permettrait d’obtenir un gisement croissant de biogaz carburant dans le temps, puisqu’il est prévu plusieurs stades d’agrandissement de la STEP de Cambaie.Enfin, la construction d’un centre de valorisation des déchets organiques du TCO parait être une alternative économiquement envisageable, et pourrait permettre d’augmenter la capacité de production de biogaz é plus long terme.

Vous trouverez les résultats de cette étude dans les documents joints é cette article.

Tous ces résultats ont été présentés au TCO dernier, ainsi que les résultats d ’une étude similaire portant cette fois-ci sur des bus fonctionnant à l ’hydrogène. L ’heure est maintenant é la réflexion et é la prise de décision au sein du TCO afin de déterminer vers quelle filière ils vont se diriger.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x