OK

Bois et énergie

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

Le bois-énergie correspond aux applications du bois en tant que source d’énergie, pour produire de la chaleur et/ou de l’électricité. Une filière bois énergie peut être basée sur l’exploitation de différentes ressources : rémanents d’exploitation forestières, connexes de scierie, bois issus de terrains en friches, de l’entretien des exploitations agricoles, des espaces verts, ou encore des plantations destinées à cet usage (exemple des taillis à courte ou très courte rotation…).

La filière bois-énergie est particulièrement créatrice d’emplois et présente des atouts en terme de développement rural et d’aménagement du territoire. Les technologies qui permettent de valoriser le bois sont la combustion et la gazéification. La combustion du bois dans une chaudière produit de la chaleur, qui peut-être utilisée telle quelle ou transformée en partie en électricité par cogénération.La gazéification consiste à oxyder le bois à haute température et pression, ce qui conduit à la production d’un gaz composé principalement de monoxyde de carbone et d’hydrogène. Le gaz ainsi produit peut ensuite être brûlé via un moteur à combustion ou faire fonctionner une turbine à gaz. ;A La Réunion, le bois a toujours été d’une utilisation traditionnelle notamment pour des besoins de cuisson et de chauffage mais aussi pour des applications artisanales (distillation du géranium pour la production d’huiles essentielles…).

Bien que d’usage courant, il est aujourd’hui difficile d’avancer des chiffres et des données représentatifs quant à l’utilisation quantitative et qualitative du bois consommé, comme l’indique JF Cornuaille dans son étude sur le bois-énergie dans le Cirque de Mafate en 2007.

Ainsi à La Réunion, la filière bois-énergie en est à ses prémisses puisque les acteurs de la filière se mobilisent pour dresser un état des lieux des besoins et des ressources. Les études du PRERURE en 2002 proposent deux fiches projet : "Actions relatives à la politique de diversification de l’offre d’énergie"

  • Fiche 3.3 Bois-énergie : co-combustion bois-charbon dans les centrales de Bois Rouge et du Gol
  • Fiche 3.4 Perspectives de valorisation énergétique des peuplements d’Acacias Mearnsii.

L’étude Bois Energie de l’ADEME 2005 parcourt les possibilités d’exploitation des diverses sources de bois mais montre également les nombreuses difficultés à lever pour valoriser ces ressources, notamment l’Acacia mearnsii, en substitution au charbon dans les centrales thermiques.

Une étude réalisée par le CIRAD en 2006 a permis de préciser les quantités disponibles et les contraintes d’exploitation de la ressource en Acacia mearnsii dans les Hauts de l’ouest et du Tampon. Considéré comme \"peste végétale\", les réunionnais utilisent aujourd’hui cette ressource pour la chauffe des maisons dans les hauts de l’île. C’est donc aussi une filière de sylviculture potentielle à structurer, comme on le pratique en Europe, grâce à la gestion des « affouages » organisée par l’ONF, les communes rurales et les habitants intéressés à l’exploitation de la coupe.

Une étude réalisée par la Région en 2007 a permis d’évaluer la faisabilité d’une filière bois-énergie pour la co-combustion dans les centrales thermiques, et a conclu qu’une exploitation de l’Acacia mearnsii pour les centrales thermiques ne paraissait pas opportune. En revanche, l’intérêt de mettre en place des filières courtes bois-énergie dans les Hauts et les cirques a été identifié.

Une étude d’expérimentation sylvicole permettrait de déterminer les conditions de gestion optimales de parcelles d’Acacia pour une exploitation dans une filière bois-énergie.

Le Comité de pilotage PRERURE 2006 a identifié le développement de cette filière comme prioritaire dans la période 2007-2013. L’ARER dans son schéma directeur 2007-2013 a inscrit une action forte de suivi de la filière, et son programme 2008 vise à établir un plan de sylviculture Bois Energie Réunion, en s’appuyant notamment sur une étude réalisée dans les Hauts de l’Ouest dans le cadre du pôle d’excellence rural « Route Hubert Delisle ».

Dans le cadre de cette étude, l’ARER s’intéresse à la structuration de filières courtes bois-énergie pour une valorisation locale. Les résultats de cette étude seront disponibles à la fin du premier trimestre 2009.

La majorité des villes de Madagascar sont approvisionnées à plus de 90% en charbon de bois provenant de plantations forestières, paysannes pour l’essentiel. Près de 150.000 ha de plantations d’eucalyptus, gérées avec des rotations de 2 et 5 ans, sont directement gérées par des paysans malgaches et exploitées en vue de la production de charbon de bois.

L’île Maurice utilise la technologie Bagasse Charbon. un potentiel certain d’utilisation du bois énergie et des déchets verts pourrait être valorisé.

Des technologies plus performantes de valorisation du bois émergent dans les pays développés, notamment dans les pays scandinaves qui ont mis en place des politiques volontaristes de promotion de la biomasse.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x