OK
Accueil du site > > Vos technologies > Portail Observatoire et territoires > Bilan énergétique 2011 de La Réunion

Bilan énergétique 2011 de La Réunion

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable

Une augmentation de la consommation d’énergie primaire satisfaite principalement par l’importation d’énergies fossiles.

L’île ne dispose pas d’énergies fossiles et reste très dépendante de l’extérieur pour sa consommation d’énergie. Avec un taux de dépendance énergétique en 2010 atteignant 87,5%, la situation s’est fragilisée en 2011 avec un taux de dépendance de 88,3%. Les ressources importées proviennent d’Afrique, d’Europe et de la zone Asiatique. Il s’agit principalement de produits pétroliers et de charbon servant de combustibles pour la production d’électricité dans les centrales thermiques ou de carburants et de combustibles pour le transport, l’agriculture et l’industrie. Plus marginalement, ces combustibles sont utilisés dans le secteur résidentiel (pour la cuisson des aliments et le chauffage dans les Hauts). Les importations de fioul léger (plus communément appelé gazole) et de carburéacteur ont augmenté en 2011. L’augmentation d’importation de fioul léger s’explique par un changement dans les usages des industriels avec le passage progressivement des chaudières au gazole. La consommation de carburéacteur a été plus importante suite à l’augmentation du trafic aérien de 8,5% par rapport à 2010 pour le nombre total de passagers.

Un ralentissement de la croissance des consommations d’électricité…

En 2011, la production d’électricité, livrée sur le réseau à la Réunion, s’élève à 2750 GWh. Elle augmente de 1,9% par rapport à 2010 (soit +50 GWh). Cependant, la croissance de la consommation d’électricité poursuit son ralentissement en 2011 (+1,3%). Elle est passée d’une hausse de 6,5% entre 2000 et 2001 à 3,3% entre 2009 et 2010. Ce ralentissement est lié aux actions de sensibilisation à la maîtrise de l’énergie (lampes basse consommation, les coupe-veilles, les installations de chauffe-eau-solaires…) menées activement auprès de la population réunionnaise et des professionnels par EDF et les institutionnels locaux depuis plusieurs années. Ainsi, pour poursuivre et amplifier cette tendance, il est nécessaire de renforcer les actions de Maîtrise de l’Energie (MDE) afin de stabiliser la production d’électricité et de poursuivre le développement des EnRs et des études sur les moyens de stockage de l’énergie dite intermittente.

… et une stabilisation de la croissance de la consommation de carburants dans le secteur du transport routier.

En 2011, la consommation de carburants dans le transport routier a diminué de 0,1% par rapport à 2010. Sur 4 années, de 2007 à 2010, la croissance était relativement faible (+1,6% en moyenne par an). Le rajeunissement et la faible augmentation du parc automobile réduisent la croissance de la consommation de gazole et d’essence. Au 1er janvier 2011, 328 725 voitures particulières de moins de 15 ans étaient en circulation. Sur l’année, 21 084 voitures particulières neuves ont été immatriculées contre 20259 véhicules en 2010. A l’achat, les Réunionnais ont une nette préférence pour les voitures roulant au gazole. Cependant, il est à noter que 960 véhicules hybrides roulent sur nos routes. Les premiers achats ont commencé en 2006 avec 40 voitures vendues sur l’année, contre 275 achetées en 2011.

Les énergies renouvelables perdent du terrain

En 2011, 30,3% de la production électrique sont d’origine renouvelable. La part de l’électricité produite à partir des énergies renouvelables a diminué de 3,5 points par rapport à 2010, ce qui représente un déficit de production électrique de 80 GWh. Malgré ce recul par rapport à 2010, les énergies renouvelables ont couvert 158% de la croissance annuelle de la consommation d’électricité. La diminution de la part renouvelable dans la production d’électricité trouve sa principale explication dans la baisse de la ressource hydraulique en raison des aléas climatologiques. En effet en 2011, la production des centrales hydrauliques a diminué de 26% en raison de la sécheresse qui a causé l’arrêt de plusieurs centrales. La production éolienne a subi également une baisse de 31% en raison de la diminution de l’intensité du régime des vents et s’élève à 12 GWh. En revanche, la production photovoltaïque poursuit sa croissance : celle-ci a quasiment doublé par rapport à 2010 (+66 GWh). La production électrique à partir du biogaz a diminué de 16% (soit -1,2 GWh) tandis que la production électrique issue de la bagasse reste stable à 270 GWh.

Des puissances installées supplémentaires pour les systèmes photovoltaïques…

Entre 2010 et 2011, la production électrique à partir des systèmes photovoltaïques a augmenté de 86%. Au 31 décembre 2011, 131 MW étaient raccordés pour une production de 141,8 GWh. Ainsi en 2011, il y a eu la mise en service de 42 MW de panneaux photovoltaïques supplémentaires. Les installations 0-36 kVA (c’est-à-dire les installations chez les particuliers) représentent 85,4% des installations totales en 2011 pour une puissance raccordée de 9,7%.

La reprise du solaire thermique se confirme

L’ensemble des installations solaires thermiques en fonctionnement en 2011 a permis d’éviter la consommation de 198,9 GWh d’électricité. Après un ralentissement en 2009, le marché du solaire thermique semble connaître une reprise depuis 2010. Il poursuit ainsi sa croissance avec 40 600 m² de capteurs solaires posés en 2011 soit 8,1% de plus qu’en 2010.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x