OK
Accueil du site > > Votre espace > Comprendre les enjeux > Agriculture et Energie, deux secteurs intimement liés à la Réunion

Agriculture et Energie, deux secteurs intimement liés à la Réunion

Partager cet article Version imprimable de cet article Version imprimable
JPEG - 316.7 ko
exploitation agricole réunion

Un secteur agricole dynamique et structuré ; Un secteur énergies renouvelables (ENR), prometteur d’emploi, en cours de développement

Occupant une place majeure à la Réunion, l’agriculture permet de maintenir et de développer un tissu économique dans les zones rurales. Le secteur agricole réunionnais est face à des défis d’envergure tels que la préservation de son foncier, la satisfaction de la consommation alimentaire d’un maximum des besoins de l’île, ou encore le maintien d’un tissu dense d’exploitations agricoles.

Le secteur ENR est quant à lui en cours de construction sur la plupart de ses filières à l’exception de celles liées au photovoltaïque qui a connu un boom de croissance poussé par une politique volontariste de tarifs d’achat de l’électricité. Le secteur ENR est cependant identifié comme créateur d’emploi. La Réunion peut ainsi devenir, d’ici 2030, un véritable laboratoire d’intégration des innovations environnementales en lien avec l’énergie.

L’agriculture réunionnaise productrice et consommatrice d’énergie

L’agriculture réunionnaise dépend des ressources énergétiques fossiles directes et indirectes.

JPEG - 485.4 ko
bagasse

Le secteur agricole est un des gros consommateurs d’énergie directe (carburant, gaz pour le chauffage de bâtiments d’élevage, électricité) et indirecte (engrais, aliments, …). S’il ne représentait que 8% des émissions directes en tonnes équivalent CO2, le secteur agricole est à la Réunion le troisième secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre directs derrière le transport et l’industrie de l’énergie, mais devant l’industrie manufacturière, le résidentiel, le tertiaire et le secteur de traitement des déchets (Inventaire 2009 des émissions de GES).

Les émissions de gaz à effet de serre en 2009 s’élevaient à 8656 tonnes équivalent CO2 pour la consommation de carburant ; au total le secteur agricole a émis cette année-là 326618 tonnes d’équivalent CO2 dont près de la moitié (173296t) sont des émissions liées à l’épandage de fertilisants, au lessivage des sols, …

La bagasse, source d’énergie produite par le monde agricole, représente 10% de la production d’électricité de l’île. Les agriculteurs de l’île sont producteurs d’une énergie renouvelable via la production de la canne à sucre. La bagasse, coproduit obtenu après extraction du sucre, est valorisée dans les centrales thermiques du Gol et de Bois Rouge. En 2011, ce sont 527 000 tonnes de bagasse qui ont été valorisées, permettant la production de 270 Giga Wattheure d’électricité, soit près de 10% de la production d’électricité de l’île. (Bilan énergétique 2011)

Le potentiel de maitrise de l’énergie (MDE) et de production d’ENR en lien avec l’agriculture est faiblement valorisé.

Il existe un potentiel de diminution de la consommation d’énergie dans les exploitations agricoles, mis en avant par le programme PPE (Plan de Performance Energétique) dont le succès sur le territoire de la Réunion prouve qu’une dynamique s’installe. Mi 2012, 40 dossiers présentés par des agriculteurs réunionnais avaient débouché sur des investissements de maitrise de l’énergie sur l’exploitation agricole : rénovation de toiture, échangeurs thermiques, isolation, …

Par ailleurs, des projets de serres photovoltaïques ont vu le jour, ou, plus polémiques, des projets de fermes photovoltaïques au sol, et concernent une poignée d’entreprises ou organismes agricoles.

Cependant, les atouts de la Réunion en terme de développement des énergies renouvelables liées à l’agriculture sont aujourd’hui sous-valorisés - solaire photovoltaïque sur bâtiments, bois énergie, biomasse méthanisation, … - alors que la diversification des activités du monde agricole peut permettre de renforcer les exploitations agricoles, en développant notamment les énergies renouvelables.

JPEG - 318.5 ko
champs-canne-et-eolienne

Les agriculteurs sont positionnés non seulement comme des acteurs de l’autosuffisance alimentaire de l’île mais également comme des acteurs majeurs de son autonomie énergétique.

La complémentarité entre les exploitations agricoles et le secteur énergie peut ainsi permettre le développement des énergies renouvelables à double titre :

  • Au niveau de la production d’énergie et en particulier de la valorisation de la filière bois ou d’autres résidus agricoles qui permet, outre la fourniture d’une énergie propre, une diversification de l’activité agricole.
  • Au niveau de l’utilisation d’énergies renouvelables sur les exploitations : des solutions performantes existent pour le chauffage des serres et des bâtiments, l’alimentation électrique… Ces solutions émergent et doivent être encouragées.

L’agriculteur en tirera des bénéfices en réalisant des économies, en créant de nouvelles sources de revenus et en diversifiant ses activités. La collectivité verra un secteur agricole renforcé, participant aux enjeux environnementaux de demain.

L’objectif d’autonomie énergétique de l’île de La Réunion ne pourra être rempli sans l’adhésion du monde agricole aux projets de maitrise de l’énergie et de développement des énergies renouvelables.

Tenez vous informé !

L'arer, une équipe
Accès à la médiathèque
La carte des projets
Nous contacter
Les acteurs de l'énergie
Bonjour !

Nous vous informons que depuis juillet 2013 l'arer est devenue une société publique locale : Energies Réunion.

Ce changement de statut nous a permis d'élargir nos champs d'action et de renforcer nos compétences.

Nous vous invitons à vous rendre sur notre nouveau site web energies-reunion.com. Le site arer étant riche en documentation, il restera accessible encore quelques temps.

x